Difference between revisions of "III, 11. Herr von Mérey an Grafen Berchtold, 29. Juli 1914"

From World War I Document Archive
Jump to: navigation, search
 
Line 7: Line 7:
  
 
<p align="right">
 
<p align="right">
R o m ,  den 29. Juli 1914<br>
+
R o m ,  den 29. Juli 1914 &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp;<br>
Aufg. 2 Uhr 15 M. a. m.<br>
+
Aufg. 2 Uhr 15 M. a. m. &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp;<br>
Eingetr. 10 Uhr  • / .  a.m.</p>
+
Eingetr. 10 Uhr  • / .  a.m. &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp;</p>
  
  

Latest revision as of 19:45, 14 April 2009

WWI Archive > Dokumente zum Kriegsausbruch > III, 11. Herr von Mérey an Grafen Berchtold, 29. Juli 1914



Telegramm Nr. 553


R o m , den 29. Juli 1914            
Aufg. 2 Uhr 15 M. a. m.            
Eingetr. 10 Uhr • / . a.m.            


C h i f f r e


Text der italienischen Antwort:

 » Le Gouvernement italien, animé par les sentiments les plus amicaux pour l'Autriche¬Hongrie, a fait et continuera de faire tous les efforts possibles pour persuader la Serbie à accepter les demandes contenues dans la note du Gouvernement I. et R. du 24 juillet 1914 et lui a toujours conseillé à plusieurs reprises de suivre une politique correcte et de bon voisinage envers 1'Autriche¬Hongrie.

Le Gouvernement italien a gardé le meilleur souvenir de l'attitude amicale le l'Autriche¬Hongrie envers l'Italie dans la dernière période de la guerre italo¬turque.

Cette guerre avait pour objet une province située bien loin de la sphère des intérêts de l'Autriche-Hongrie tandis que le conflit actuell entre l'Autriche¬Hongrie et la Serbie se déroul[e] dans des territoires voisins de l'Italie et peut avoir des conséquences serieuses pour nos intérêts vitaux.

En effet une des bases et des raisons d'être de la triplealliance est pour nous l'article VII qui s'applique à toute la Peninsule des Balcans et qui est complété par l'accord de 1909 sur le Sandjak de Novibazar, accord confirmé lors du renouvelement de la triplealliance.

C'est sur la base de l'article VII et des accords sur le Sandjak de Novibazar et sur l'Albanie que la collaboration cordiale de la diplomatie italienne et de la diplomatie austro¬hongroise doit être fondée, et sans cette base il est à craindre qu'elle ne serait pas possible: c'est sur cette base que l'amitié et la confiance reciproque entre les deux puissances alliées doivent reposer.

L'Allemagne partage notre interpretation de l'article VII.

Quant à l'intention du comte Berchtold de discuter au moment donné le thème des compensations, il est évident qu'un accord sur ce point est urgent, car tant qu'il ne sera pas fait et qu'un doute peut subsister sur l'interprétation que l'Autriche donne à l'article VII, l'Italie ne peut pas suivre une politique de nature à faciliter actuellement ou plus tard des occupations temporaires ou définitives de la part de l'Autriche¬Hongrie, et doit au contraire favoriser tout ce qui diminue la probabilité de telles occupations tout [en] tâchant concilier autant que possible cette ligne de conduite imposée par la sauvegarde d'intérêts vitaux, avec son vif désir de resserrer de plus en plus les rapports intimes entre les deux puissances alliées qui ont fait tant de progres dans ces dernières années et qui doivent en faire encore d'autres sur la base de l'harmonie et de la conciliation des intérêts reciproques pour le bien des deux pays.

Nous espérons par conséquent que les conversations amicales sincères et loyales qui ont lieu en ce moment entre les trois puissances alliées à Vienne et à Berlin aboutissent aussitôt que possible à un résultat permettant leur collaboration dans une politique commune.»



WWI Archive > Dokumente zum Kriegsausbruch > III, 11. Herr von Mérey an Grafen Berchtold, 29. Juli 1914